Les blessures du membre inférieur du sportif.

Entorse, élongation, tendinite,claquage, rupture, périostite etc..  voilà des mots que le sportif n’aime pas entendre.

Après un parcours parfois chaotique parsemé d’informations contradictoires, les lésions ne sont pas toujours parfaitement définies, le sportif franchit la porte de votre cabinet.

La question qu’il vous pose alors est : quand vais-je pouvoir reprendre ?

S’agit-il d’un sportif de haut niveau, d’un amateur, d’un sédentaire ?

L’accident qu’il soit récent ou ancien, articulaire, tendineux ou musculaire n’est pas une fatalité.

L’accident articulaire, l’entorse, est une fracture plus ou moins importante du système stabilisateur capsulo-ligamentaire, l’hématome immédiat en est la traduction. Le système articulaire s’est rompu car il a été mal contrôlé par le système musculaire et proprioceptif.

Pour un accident musculaire claquage, déchirure rupture etc…, on parlera là aussi de fracture du muscle, l’hématome qui s’ensuit, en marquera aussi la gravité.

De toute façon tous ces accidents sont le résultat d’un dysfonctionnement de la biomécanique

du membre inférieur , le VFL VRM.

Quelle est cette blessure, de quoi s’agit-il ?

Il faut identifier la lésion : par un bilan clinique minutieux précis; la localisation, les lignes douloureuses, les circonstances de survenue.

.

Comprendre le mécanisme lésionnel et évaluer les dysfontionnements.

par le bilan fonctionnel du membre inférieur (BFMI) , articulaire, musculaire, trophique, pour déterminer les origines du dysfonctionnement.

La collecte des  informations médicales, (imagerie, etc..) complète le dossier médical.

Traiter la lésion et ses origines : à partir des données du BFMI

Quels outils et quelles techniques employer ?

  • Soins immédiats : Contentions ?, physiothérapie
  • Mobilisation tissulaire: passive, active, thérapie manuelle.
  • Renforcement musculaire: concentrique? quid de l’excentrique ? isocinétique ? la pliométrie
  • Proprioception  précoce, tardive en appui, hors appui, dans quelles positions ? la propriométrie
  • Programme d’auto rééducation du patient : exercices de réhabilitation, correction gestuelle , prévention des récidives et des dégâts collatéraux, prescrire une orthèse si besoin